Porteurs de lettres, porteurs de journaux = des salariés de deuxième classe ?!? (2)

La direction des P&T a tout de suite annoncé la couleur en proposant de nouvelles carrières qui s’apparentent au salaire social minimum. Quant au travail attribué à ses salariés, il s’agit surtout de tous les travaux de service postaux que personne n’aime faire à cause de leur pénibilité ou du fait des horaires de travail imposés, souvent irréguliers et difficiles à associer à la vie familiale.

De plus ces salariés sont souvent pris pour des nouveaux arrivants par la communauté des anciens et par conséquent, on leur montre et leur fait sentir qu’ils ne sont que des salariés de deuxième classe. C’est une situation de plus en plus insoutenable et les départs de salariés en masse démontrent qu’il faut agir à ce niveau-là !

Le LCGB en collaboration avec la délégation et le syndicat des facteurs exige une valorisation des dits métiers de porteurs par des formations adéquates et revendique de vraies carrières liés aux responsabilités et qui offrent des perspectives. Au cours des semaines à venir, le respect des salariés et l’amélioration de leurs conditions de travail seront à l’ordre du jour des syndicats.

0 Réponse à “Porteurs de lettres, porteurs de journaux = des salariés de deuxième classe ?!? (2)”


  • Aucun commentaire

Laisser un commentaire