Meeting de protestation « Plan social Hëllef Doheem »: Discours du LCGB

Le 4 juin, les syndicats LCGB et OGBL se sont assemblés avec les salariés de Stëftung Hëllef Doheem pour un meeting de protestation à Esch/Alzette. Ils y ont dénoncé l’approche de la direction, qui a abouti à l’annonce d’un plan social le 29 mai 2015.

Le LCGB s’est montré fort scandalisé et a renforcé son dégoût vis-à-vis du refus continu de la direction de Hëllef Doheem d’entamer un dialogue constructif avec les syndicats. Le LCGB s’oppose à tout licenciement et ne peut pas accepter le plan social déjà ficelé selon les dires de la direction ! Le LCGB dénonce l’attitude irresponsable de la direction envers toute solution garantissant la sauvegarde de l’existence des leurs salariés en ne se limitant rien qu’aux procédures prescrites par le Code du travail.

En présence de quelques centaines de salariés Hëllef Doheem mal informés par leur direction et soucieux d’un futur incertain, le LCGB a renouvelé sa demande de plus d’informations sur la situation financière ainsi que la gestion de Hëllef Doheem. Le LCGB a condamné la direction à ne pas pouvoir se cacher ni derrière des mesures d’économies budgétaires du gouvernement ni derrière une réforme de l’assurance dépendance même pas encore entrée en vigueur voire même définie dans ses grandes lignes.

En vue de la prochaine réunion avec la direction, le LCGB réclame un changement d’esprit de la direction en faveur d’un dialogue constructif et dans l’intérêt de tous leurs salariés.

Le LCGB revendique un politique humaine et compétente de la direction de Hëllef Doheem afin de permettre la négociation d’un plan de maintien dans l’emploi. Le salarié doit figurer au premier rang et la sauvegarde de l’existence de chacun doit être une priorité absolue.

LCGB Discours Meeting de Protestation Hëllef Doheem (en langue luxembourgeoise)

Discours du 1er mai 2015 du LCGB: Pour une politique dans le strict intérêt du salarié

Le 1er mai 2015, le LCGB a organisé à Bettembourg sa traditionnelle célébration de la Fête du Travail. 700 membres, délégués, militants et sympathisants du LCGB y ont participé.

Lors de son discours du 1er mai, le président national du LCGB Patrick DURY a pointé du doigt la politique du gouvernement qui est fortement sapée par les groupements d’intérêts particuliers. Le LCGB a clairement lancé un appel que le gouvernement se doit de défendre les intérêts des salariés qui ont jusqu’ici payé les frais de la crise avec, entre autres, une augmentation constante du chômage et une stagnation du pouvoir d’achat. Or, ce sont les salariés du secteur privé qui créent la richesse du pays. Le Luxembourg a donc besoin d’un rééquilibrage en faveur des salariés du secteur privé.

En tout premier lieu, le gouvernement doit faire une politique plus active contre le chômage. Le LCGB attend également que le gouvernement met rapidement une fin aux débats sur une flexibilisation des heures de travail. En plus, le LCGB revendique la mise en œuvre rapide des solutions proposées par le gouvernement dans le domaine des 52 semaines de maladie grave et du maintien intégral du salaire en cas de maladie. Finalement, le LCGB se prononce en faveur du droit de vote pour tous les résidents, mais craint que le référendum sur cette question amène plutôt à une montée d’un extrémisme et d’un populisme de tous les bords.

Discours du président national du LCGB

Prise de position du LCGB sur la politique anti-sociale et anti-démocratique du gouvernement

Lors de sa conférence de presse du 21 octobre 2014, le LCGB s’est exprimé au sujet des mesures budgétaires annoncées par le gouvernement et du nouveau projet de loi sur le dialogue social à l’intérieur des entreprises.

Au niveau du budget 2015, le gouvernement prévoit toute une série de changements qui constituent une perte notable pour les salariés, les ménages, les jeunes et les retraités. Ces mesures consistent entre autre dans la réduction de la durée et du montant de l’aide au réemploi, la suppression de l’aide à la mobilité géographique, la restriction des choix individuels dans le cadre de la politique familiale, la diminution des allocations familiales pour les futures familles nombreuses ou la suppression des subventions pour la formation continue de la CSL.

Dans le contexte du dialogue social et de la représentation des organisations syndicales dans les entreprises, le gouvernement a en outre prévu de modifier le projet de loi au détriment des organisations syndicales minoritaires. La démarche du gouvernement ne respecte donc pas les résultats obtenus à l’issue des négociations menées avec les partenaires sociaux depuis 2008 et viole ainsi les principes démocratiques.

Convention collective Luxair: Piquet de protestation du LCGB (9 octobre 2014)

Plus de 150 personnes s’étaient réunies ce matin, 9 octobre 2014, devant l’Office national de conciliation. Malgré les averses, les employés chez Luxair se sont déplacés pour manifester pour la sauvegarde de leurs existences et de la convention collective.

Les salariés Luxair sont en droit de revendiquer

  • le rétablissement immédiat de la CCT
  • une vraie garantie d’un emploi stable et de la sauvegarde des existences
  • une stratégie claire de la société Luxair

La réunion d’aujourd’hui à l’Office national de conciliation constitue une étape cruciale pour l’avenir et la pérennité des emplois chez Luxair.

Rentrée d’automne du LCGB: Revendications du LCGB à l’adresse du gouvernement

Le 16 septembre 2014, le LCGB a tenu sa traditionnelle conférence de presse pour la rentrée d’automne.

A cette occasion, le président national du LCGB, Patrick DURY, a présenté les revendications du LCGB adressées par lettre au Premier ministre Xavier BETTEL. En vue de la réunion du 18 septembre 2014 entre le gouvernement et les partenaires sociaux, le LCGB expose les problèmes qui pèsent sur la société luxembourgeoise et il regroupe une série de revendications visant à garantir le maintien du système social luxembourgeois.

Les sujets abordés sont notamment l’indexation des salaires, la sauvegarde de l’existence des salariés, la lutte contre le chômage notamment le chômage des jeunes, l’apprentissage et la formation continue, l’aide réemploi, la protection contre le licenciement, le maintien intégral du salaire en cas de maladie et la problématique des 52 semaines, le maintien voire même le renforcement du dispositif des préretraites et les mesures entre-temps annoncées par le gouvernement (hausse de la TVA, contribution « prestations familiales »).

Lettre du LCGB à l’adresse du Premier ministre

Conférence de presse du LCGB : Indexation, budget de l’Etat et droit de vote pour les étrangers (15 juillet 2014)

Suite aux réunions avec le gouvernement et les partenaires sociaux le 25 juin 2014 et le 11 juillet 2014 portant sur l’avenir de l’indexation automatique des salaires, le LCGB a tenu le 15 juillet 2014 une conférence de presse afin de prendre position sur la proposition gouvernementale en matière d’index, les efforts de consolidation budgétaire qui devront être menés à partir d’automne 2014 et le droit de vote pour étrangers.

Pour mémoire, la dernière modulation du système d’indexation avait été introduite pour remédier aux effets négatifs de la hausse de l’inflation entre 2010 et 2012 (3,4 % et 2,7 %). Vu que l’inflation affiche entre-temps un taux très bas de 0,9 %, le gouvernement entend revenir au système normal de l’indexation. Aussi longtemps que l’inflation ne vas pas grimper, l’index ne sera donc plus mis à discussion et pourra jouer normalement. En même temps, le gouvernement retient que le principe d’une tranche indiciaire par année devra rester d’application pendant la période législative actuelle faisant en sorte qu’en cas de dérapage de l’inflation, l’index sera de facto modulé une nouvelle fois et ce sans grandes discussions.

Au sujet de l’index, le LCGB tient à rappeler que l’index constitue la seule garantie contre l’érosion du pouvoir d’achat des citoyens. Un pouvoir d’achat qui est déjà fortement imputé par des mesures telles que la nouvelle réforme des bourses d’études ou la hausse annoncée de la TVA. S’y ajoute encore que le gouvernement entend rétablir l’équilibre budgétaire d’ici 2018 en passant par la réduction des dépenses d’1 milliard € tandis que la hausse de la TVA permettra d’économiser seulement 300 millions d’euros. 700 millions d’euros resteront donc à économiser par des efforts supplémentaires qui risquent de peser lourdement sur les transferts sociaux et les prestations sociales (p.ex. allocations familiales).

Le LCGB craint que le chômage et notamment le chômage des jeunes va continuer à augmenter. Les efforts entamés par le Ministre du Travail à travers des mesures comme la politique des âges ou la garantie jeunes vont dans la bonne direction. Le LCGB défend une fois de plus son modèle qui vise à permettre aux personnes en situation de perte d’emploi d’intégrer rapidement un nouveau travail sans devoir passer par le chômage et ceci, à travers des mesures d’apprentissage, de réorientation professionnelle ou de formation continue. L’intégration des jeunes avec un bas niveau de formation devrait se faire par une formation en alternance ou un apprentissage sur le tas.

Le LCGB plaide pour une économie plus solidaire. Afin d’apporter des solutions à ces précarités, il est nécessaire de réunir l’ensemble des acteurs autour d’une même table, c’est-à-dire au sein d’une Tripartite nationale.

Enfin, le LCGB a rappelé que son comité central s’est prononcé début 2013 en faveur de l’ouverture du droit de vote aux résidents étrangers. Avec presque 50% de citoyens étrangers, il est important de permettre à l’ensemble de la population de participer aux élections et aux décisions politiques concernant le pays dans lequel ils vivent. Cette décision politique importante pour l’avenir du Luxembourg doit cependant être accompagnée par un débat ouvert et objectif entre tous les citoyens vivant au Luxembourg.

Discours du 1er mai 2014 du LCGB: Pas de charges supplémentaires pour les salariés du secteur privé!

Le 1er mai 2014, le LCGB a organisé à Luxembourg-ville sa traditionnelle célébration de la Fête du Travail. 1000 membres, délégués, militants et sympathisants du LCGB étaient présent ce jour-là à la capitale du Luxembourg.

Lors de son discours du 1er mai, le président national du LCGB Patrick DURY a dressé un bilan de la crise économique et financière que le Luxembourg traverse actuellement. La disparition du secret bancaire et la perte des recettes sur le commerce électronique vont encore aggraver les problèmes financiers de l’Etat qui doit déjà maintenant faire des économies à hauteur de 1 milliard € pour rééquilibrer le budget d’Etat d’ici 2018. Les premières mesures annoncées par le gouvernement vont frapper de plein fouet les salariés: révision des bourses d’études à la baisse, augmentation de la TVA en 2015. Et ce malgré le fait que les salariés se voient confrontés à des problèmes existentiels puisque le chômage continue à grimper sans cesse et la politique contractuelle au sein des entreprises est pratiquement arrivée au point mort.

Face à ces constats, la convocation d’une Tripartite nationale devient de plus en plus urgente. Afin de rééquilibrer les finances publiques et lutter contre le chômage croissant, le LCGB oeuvre pour une décision consensuelle au sein d’une Tripartite nationale. Le LCGB ne pourra pas marquer son accord à toute charge supplémentaire imposée de façon unilatérale aux salariés du secteur privé.

Discours du président national du LCGB