Discours du 1er mai 2015 du LCGB: Pour une politique dans le strict intérêt du salarié

Le 1er mai 2015, le LCGB a organisé à Bettembourg sa traditionnelle célébration de la Fête du Travail. 700 membres, délégués, militants et sympathisants du LCGB y ont participé.

Lors de son discours du 1er mai, le président national du LCGB Patrick DURY a pointé du doigt la politique du gouvernement qui est fortement sapée par les groupements d’intérêts particuliers. Le LCGB a clairement lancé un appel que le gouvernement se doit de défendre les intérêts des salariés qui ont jusqu’ici payé les frais de la crise avec, entre autres, une augmentation constante du chômage et une stagnation du pouvoir d’achat. Or, ce sont les salariés du secteur privé qui créent la richesse du pays. Le Luxembourg a donc besoin d’un rééquilibrage en faveur des salariés du secteur privé.

En tout premier lieu, le gouvernement doit faire une politique plus active contre le chômage. Le LCGB attend également que le gouvernement met rapidement une fin aux débats sur une flexibilisation des heures de travail. En plus, le LCGB revendique la mise en œuvre rapide des solutions proposées par le gouvernement dans le domaine des 52 semaines de maladie grave et du maintien intégral du salaire en cas de maladie. Finalement, le LCGB se prononce en faveur du droit de vote pour tous les résidents, mais craint que le référendum sur cette question amène plutôt à une montée d’un extrémisme et d’un populisme de tous les bords.

Discours du président national du LCGB

Discours du 1er mai 2014 du LCGB: Pas de charges supplémentaires pour les salariés du secteur privé!

Le 1er mai 2014, le LCGB a organisé à Luxembourg-ville sa traditionnelle célébration de la Fête du Travail. 1000 membres, délégués, militants et sympathisants du LCGB étaient présent ce jour-là à la capitale du Luxembourg.

Lors de son discours du 1er mai, le président national du LCGB Patrick DURY a dressé un bilan de la crise économique et financière que le Luxembourg traverse actuellement. La disparition du secret bancaire et la perte des recettes sur le commerce électronique vont encore aggraver les problèmes financiers de l’Etat qui doit déjà maintenant faire des économies à hauteur de 1 milliard € pour rééquilibrer le budget d’Etat d’ici 2018. Les premières mesures annoncées par le gouvernement vont frapper de plein fouet les salariés: révision des bourses d’études à la baisse, augmentation de la TVA en 2015. Et ce malgré le fait que les salariés se voient confrontés à des problèmes existentiels puisque le chômage continue à grimper sans cesse et la politique contractuelle au sein des entreprises est pratiquement arrivée au point mort.

Face à ces constats, la convocation d’une Tripartite nationale devient de plus en plus urgente. Afin de rééquilibrer les finances publiques et lutter contre le chômage croissant, le LCGB oeuvre pour une décision consensuelle au sein d’une Tripartite nationale. Le LCGB ne pourra pas marquer son accord à toute charge supplémentaire imposée de façon unilatérale aux salariés du secteur privé.

Discours du président national du LCGB

CCT Construction: Le LCGB adresse une lettre ouverte au fédérations patronales et organise une réunion de protestation le 5 juillet à 19h00 à Kehlen

Le 2 juillet 2013, le LCGB a tenu une conférence presse portant sur les négociations collectives dans le secteur de la construction qui durent depuis 2009 et qui ont entre-temps été portées à l’Office National de Conciliation où une seule réunion a eu lieu en mars 2013.

La convention collective sectorielle dans le bâtiment est une des dernières qui existe encore dans l’ensemble des secteurs de l’artisanat et de la construction. Elle présente de nombreux avantages tant pour les salariés (conditions de travail et de rémunération supérieures aux normes fixées par le droit du travail) que pour les entreprises (protection des sociétés luxembourgeoises contre des situations de dumping par des entreprises étrangères qui viennent travailler au Luxembourg).

La disparition de la convention collective dans le secteur du bâtiment équivaut donc à court terme à une mise en question de l’existence des salariés de la construction et à long terme à une mise en péril de la survie des entreprises luxembourgeoises.

Afin d’éviter une casse sociale dans la construction, le LCGB a adressé le 1er juillet 2013 une lettre ouverte aux présidents des fédérations patronales du secteur. Dans cette lettre ouverte, le LCGB précise qu’il reste toujours ouvert aux négociations sous deux conditions:

  1. Le maintien du système actuel des intempéries;
  2. Une augmentation salariale significative pour les salariés (au moins 1,5 % pour les années 2013-2015 avec une augmentation de la prime de fin d’année de 1 % et le paiement d’une prime unique de 300 €).

En contre-partie, le LCGB propose plusieurs pistes pour une meilleure organisation du temps de travail actuel (semaine de travail de 40 heures avec un maximum de 48 heures par semaine).  Ces propositions pourraient permettre de débloquer la situation et de trouver un accord entre partenaires sociaux. Voilà pourquoi le LCGB lance un appel au patronat de retourner à la table des négociations puisqu’il y a toujours matière à discuter.

Le LCGB n’accepte en aucun cas une perte de la convention collective sectorielle dans le bâtiment. C’est uniquement dans le cas d’une non-conciliation qu’une telle perte devienne effective et que les salariés n’auront plus d’autre choix que de défendre leurs droits et acquis par des actions syndicales allant jusqu’à la grève.

Discours du 1er Mai 2013 à Soleuvre: Plus de sauvegarde sociale pour le secteur privé

Le 1er mai 2013, le LCGB a organisé à Soleuvre sa traditionnelle célébration de la Fête du Travail. 1.350 membres, délégués, militants et sympathisants du LCGB se étaient présent ce jour-là à Soleuvre.

Lors de son discours du 1er mai, le président national du LCGB Patrick DURY a insisté que face à la crise les salariés du secteur privé ont besoin de plus de sauvegarde sociale. Face au chômage croissant, de nouvelles pistes doivent être creusées pour éviter une remise en cause du niveau des personnes qui ont perdu leur emploi. Dans cette même logique, la réforme de l’enseignement secondaire doit également assurer que chaque jeune est préparé de façon optimale pour son entrée sur le marché du travail.

Pour arriver à plus de sauvegarde sociale, les partenaires sociaux doivent également être de nouveau capables de négocier ensemble des conventions collectives. Pour conclure, le LCGB demande la convocation d’une nouvelle tripartite qui aura pour mission de définir des mesures socialement équitables permettant de rétablir l’équilibre budgétaire de l’Etat.

Discours du 1er mai 2013 (en luxembourgeois)

Discours du 1er mai 2013 (traduction française)